10/08/10: Trois signes identitaires

Trois signes identitaires de la Nouvelle-Calédonie : l’hymne, la devise du pays et le graphisme des billets de banque sont inscrits à l’ordre du jour des élus lors de la séance publique du mercredi 18 août prochain à partir de 9 heures.

Rappelons que le président du Congrès Harold Martin s’était engagé avec l’ensemble des signataires réunis sous l’égide du Premier ministre François Fillon, le 24 juin dernier à l’Hôtel Matignon, à ce que les élus de la Nouvelle-Calédonie se prononcent sur les premiers signes identitaires, tel que le prévoit l’Accord de Nouméa. « Des signes identitaires permettant de marquer la personnalité du pays aux côtés de l’emblème national et des signes de la République », précise la loi organique.

Porté par Déwé orodey le projet de loi du pays élaboré en novembre 2008 sous le gouvernement d’Harold Martin est le fruit d’une démarche de consensus. Consensus du Comité de pilotage des signes identitaires, que présidait alors la vice-présidente du gouvernement, pour organiser en octobre 2007 un concours pour la conception de ces trois premiers symboles identitaires. Consensus du jury ensuite pour la désignation des lauréats, le 26 juin 2008. Par la suite, une commission spéciale du Congrès présidée par Jean-Pierre Djaïwe a été chargée de l’examen du projet de loi.

La devise du pays, « Terre de parole, terre de partage », a été proposée par Jean-Brice Herrenschmidt. Le mot « terre » dit l’enracinement en Nouvelle-Calédonie tant des kanak que de tous ceux dont les ancêtres y sont enterrés. Le mot « parole » témoigne que la parole ainsi que sa circulation est fondatrice des sociétés kanak, mais aussi que la parole donnée – les « accords » – exprime un désir de paix commun. Le mot « partage » traduit la reconnaissance interculturelle, la communauté de destin, la solidarité et l’ouverture sur le monde.

L’hymne du pays intitulé « Soyons unis devenons frères » a été proposé par la chorale Mélodia dirigée par Philippe Millot. Légèrement réorchestré depuis, il comprend un refrain en français ainsi qu’en nengoné.

Enfin, sur les conseils de l’IEOM (Institut d’émission d’outre-mer), plusieurs lauréats ont été retenus pour le graphisme des billets de banques. Le choix définitif s’appuiera en effet aussi sur un critère technique : la possibilité de reproduire et d’imprimer les propositions artistiques.

La séance du 18 août est à suivre en direct et en intégralité à partir de 9 heures sur www.congres.nc

Retour aux actualités