04/11/10: La balance des paiements à la loupe

Thierry Beltrand, le directeur de l’IEOM, l’institut d’émission d’outre-mer, a présenté, mercredi 3 novembre, l’état de la balance des paiements de la Nouvelle-Calédonie à la Commission de Législation et de la Réglementation Economiques et Fiscales que préside Pierre Bretegnier.

Une commission à laquelle s’était joint le président du Congrès, Harold Martin, et qui siégeait en format élargi avec notamment une délégation de la CCI conduite par son président. Une balance des paiements sert à quantifier les flux financiers des importations et des exportations. Celle de la Nouvelle-Calédonie est déficitaire pour l’année 2009, un déficit cependant compensé par l’apport de plus de 120 milliards de francs de la part de l’État. Comme dans toute économie insulaire, l’IEOM souligne le recours important de la Calédonie à l’importation (pour 40 à 50 % de son PIB) ; mais insiste sur la faiblesse des exportations (15 à 30 % du PIB calédonien). Or le nickel représente 90 % des exportations calédoniennes, « Ce qui pose déjà des problèmes, selon Pierre Bretegnier, puisqu’à chaque fois qu’il y a une crise du nickel,  c’est l’ensemble de l’économie calédonienne qui tourne au ralenti. C’est pourquoi je plaide pour un fonds nickel, afin notamment d’éviter les contrecoups, les à-coups de ce marché ». Au fil des pages de ce rapport, on apprend aussi que depuis 2006, les Calédoniens dépensent plus à l’étranger que les étrangers ne dépensent en Nouvelle-Calédonie… Que les Calédoniens investissent dans l’immobilier près de trois milliards par an en Australie, alors que nos voisins n’ont investi l’an dernier que 82 millions en Calédonie.

Au total, une foule de chiffres de nature à éclairer les élus et à rendre les débats plus pertinents encore.

Retour aux actualités