Rendez-vous le 19 juillet pour le renouvellement du Congrès

Thierry  SANTA était l’invité de La Matinale sur les ondes de NC 1ere le 11 juillet pour annoncer  la date du prochain renouvellement du Congrès. Le 19 juillet prochain, les instances du Congrès sont remises en jeu. Le point sur les enjeux avec le président sortant qui candidate à sa propre succession. Extraits

  Sur ses chances d’être réélu

« On n’est jamais confiant à 100  % lors  d’une  élection, quelle qu’elle soit, mais a priori les choses ont l’air de se mettre en place de manière  positive. (…) La  plateforme qui a été constituée présentera probablement des listes communes,  à  l’occasion de ce renouvellement  du  Congrès de la Nouvelle‑Calédonie. (…) L’objectif  essentiel de cette plateforme est de créer les voies du dialogue entre, d’une part, les non indépendantistes dont je fais partie mais surtout avec les  indépendantistes et l’État, pour préparer au  mieux, de la manière la plus apaisée possible, la sortie de l’Accord de Nouméa. »

A propos des futurs groupes politiques qui siègeront dans l’hémicycle

« Je  suppose qu’au  niveau des indépendantistes, les choses ne devraient pas changer, a priori, puisqu’il existe  deux  groupes : l’UNI, le  groupe  du  Palika qui est présidé par Louis MAPOU et l’UC-FLNKS-Nationalistes qui est présidé par Roch WAMYTAN. Du  côté des non indépendantistes, la plateforme qui a été constituée aura des conséquences sur l’organisation des différents  groupes non indépendantistes au sein  du  Congrès. Je  ne  peux  pas encore vous dire précisément comment les choses vont s’organiser, mais  les choses vont changer. »

A propos de son rôle de président du Congrès

« Si mes collègues me font confiance à nouveau, je jouerais le rôle de président du  Congrès comme je le fais depuis  deux  ans déjà. Dès lors qu’on est président de cette institution, je considère qu’il faut avoir en tête  une impartialité la plus totale. Autrement dit,  je ne me considérerais ni  dans un groupe, ni dans un autre, et  j’essayerais  de  faire en sorte que les débats se passent de la manière la plus apaisée possible, au sein de notre  hémicycle. Dès lors que je suis au  perchoir, je m’efforce de garder cette neutralité la plus totale pour permettre que chaque élu du Congrès puisse s’exprimer au maximum, puisse développer ses idées de manière à ce que les autres collègues l’écoutent et l’entendent, (…) toujours en étant le plus équitable possible, dans  la  distribution de la parole au sein de l’hémicycle. »

A propos du rôle du Congrès au sein de la plateforme 

« En tant que  président du Congrès, si  je suis réélu, j’ai effectivement l’intention de participer activement à la plateforme, et que le Congrès, surtout, y participe activement,  et je souhaite faire des propositions au prochain Bureau nouvellement  élu, pour organiser peut‑être des commissions plénières ou une commission  ad  hoc, pour essayer de faire en sorte que les élus du Congrès puissent également s’exprimer à l’occasion de ces fameux états  généraux. On a la chance, au Congrès, d’avoir toutes les  tendances politiques représentées, de toute la Nouvelle‑Calédonie, donc, c’est  vraiment l’espace politique par excellence, à mon sens, où une discussion peut se faire. »

De l’importance des discussions entre toutes les formations politiques avant  le référendum de  2018

« J’espère,  je  souhaiterais faire en  sorte que le Congrès, encore une fois, participe  activement au projet  de  cette  plateforme, qui  consiste à créer les voies du dialogue  entre les uns et les autres, avant le référendum,  de manière à ce que ce référendum se passe de la manière la plus apaisée possible. L’objectif premier de cette plateforme est de lancer, dès maintenant, les  discussions avec les indépendantistes et  l’État. On va devoir parler de l’organisation institutionnelle future(…), de la stratégie minière (…), du soutien aux entreprises  calédoniennes (…). Donc, il y a plein de sujets sur lesquels on peut  parler et on doit parler, sur lesquels les  Calédoniens doivent s’exprimer, mais aussi, finalement, les  politiques, au  sein du Congrès de la Nouvelle‑ Calédonie. (…) Les  signataires de cette plateforme ont ça à l’esprit, avec l’objectif de s’obliger, les uns et les  autres, à s’écouter, à s’entendre, à trouver les voies de la discussion et des accords, et du consensus, pour faire  avancer au maximum l’avenir de notre Nouvelle‑Calédonie, et se retrouver, ensuite, avec les indépendantistes  et avec l’État pour construire ensemble le fameux destin commun que nous espérons tous. C’est  le  message  que je lance à tous mes collègues élus de Nouvelle‑Calédonie. »

Sur la visite de la ministre des Outre-mer annoncé pour la fin du mois

« Que ce soit la première destination d’outre‑mer de la ministre, c’est important, c’est symbolique, autant que  le discours du Premier ministre qui a évoqué la situation de la Nouvelle‑Calédonie, et c’est  rassurant puisque  ça prouve que l’État a conscience de l’importance du dossier calédonien. (…) Il  faut qu’ils viennent sur place,  et qu’ils touchent du  doigt la réalité et la difficulté de ce dossier, et les spécificités de la Nouvelle‑Calédonie,  pour pouvoir, ensuite, je l’espère, prendre les bonnes décisions pour organiser les choses, comme  on souhaite. »

Sur les nombreux textes qui seront examinés au Congrès

« On est dans l’année et demie avant la sortie de l’Accord de Nouméa, et je pense que la meilleure des choses à faire, c’est de  faire en sorte d’éviter au maximum les textes polémiques, (…) mais essayer de trouver les moyens pour ensemble trouver les bonnes solutions aux difficultés auxquelles on sera confrontés, dans l’année  à venir, et qu’au sein du Congrès, chacun puisse donner un avis éclairé sur sa  façon d’envisager les  choses. Je parle bien sûr des comptes sociaux qui sont dans une situation extrêmement  difficile, je parle de la situation financière des institutions calédoniennes. Donc, il y a des sujets quand même de fond qu’il faudra traiter malgré tout, pendant cette année à venir, mais je suis convaincu qu’on y arrivera, si chacun met de la bonne volonté. »

Le renouvellement du Congrès

Comme chaque année, le congrès de la Nouvelle-Calédonie se réunit pour renouveler la composition de toutes ses instances. Il procède à
-           l’élection de son Président ;
-           l’élection des membres du Bureau ;
-           l’élection des membres de la commission permanente ;
-           l’élection des membres des commissions intérieures ;
-           la désignation des représentants du congrès au sein des organismes extérieurs.

 

Retour aux actualités