Le Mémorial de la Plaine des Gaïacs restauré

Émotion en ce samedi 2 septembre. Grâce au soutien du Congrès, l’association en mémoire de la présence américaine en Nouvelle-Calédonie a pu mener à bien la restauration du mémorial de la Plaine des Gaïacs, à l’emplacement même où les forces américaines avaient construit l’aérodrome qui fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1943, le plus important du Pacifique après celui de San Francisco.

Dégradé en 2012, le mémorial ne permettait plus de rassembler les autorités civiles et militaires pour la cérémonie annuelle de souvenir et d’hommage à tous ceux qui ont combattu et sont morts pour notre liberté. Présent ce matin aux côtés de Roger GIROLD, le président de l’association, Thierry SANTA, le président du Congrès, est heureux et fier d’avoir pu participer à sa restauration et, par là même, à celle d’une cérémonie importante pour l’histoire de notre territoire.

Pour Thierry SANTA,

«  c’est un véritable honneur pour moi d’être ici aujourd’hui à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle stèle du mémorial américain de la Plaine des Gaïacs. Il m’est ainsi offert l’opportunité de rendre hommage, en cette date anniversaire de la capitulation japonaise, aux soldats qui ont combattu et donné leurs vies pour notre liberté.

Une autre date, le 12 mars 1942, est importante pour la Nouvelle-Calédonie. Les Calédoniens qui ont vécu cette journée s’en souviennent encore et la racontent toujours avec l’enthousiasme qu’ils avaient éprouvé à l’époque. Le jour où les américains ont débarqué. Le jour où la Nouvelle-Calédonie est entrée dans l’histoire comme un tremplin de la reconquête du Pacifique.

La présence américaine en Nouvelle-Calédonie, dans des temps sombre de lutte sans relâche pour la liberté, a été une période de grands bouleversements pour la société calédonienne. Un choc des cultures qui a permis à notre petit archipel de se développer pour s’ouvrir sur le monde et de prendre activement sa part dans la résolution de ce terrible conflit.

Le paysage calédonien a changé, lui aussi, sous l’influence américaine. Ouvert le 1er mai 1942, l’aérodrome de la Plaine des Gaïacs a joué un rôle essentiel dans les combats contre l’expansionnisme nippon. Difficile d’imaginer aujourd’hui, debout sur cette plaine où la nature reprend peu à peu ses droits, que l’une des plus importantes bases arrières des avions combattants l’ennemi à Guadalcanal se trouvait là il y a près de 70 ans.

Et pourtant, cette stèle contribue à la préservation de la mémoire collective des Calédoniens pour que cet héritage ne tombe pas dans l’oubli. Car il est de notre devoir de garder un lien avec notre passé. Nous le devons à ceux qui ont donné leurs vies et aux générations futures. On ne peut façonner le présent et préparer l’avenir sans se retourner sur son histoire.« 

Retour aux actualités