Le budget supplémentaire 2018 de la Nouvelle-Calédonie est adopté

Les budgets supplémentaires annexes de la Nouvelle-Calédonie pour l’année 2018 -de répartition et de reversement- ont été votés à l’unanimité en séance publique le 8 août 2018. Le budget supplémentaire propre a, quant à lui, suscité un long débat sur fond d’analyses contraires de la conjoncture économique, mais a été adopté à la majorité des voix.

  • Les délibérations portant affectation du résultat de l’exercice 2017 (budget annexe de reversement, budget annexe de répartition et budget principal propre) ont été votées à l’unanimité.
  • Les délibérations relatives aux budgets annexes supplémentaires 2018 de la Nouvelle-Calédonie (budget de reversement et budget de répartition) ont également été votées à l’unanimité.
  • La délibération relative au budget supplémentaire 2018 du budget principal propre de la Nouvelle-Calédonie a, par contre, donné lieu à un long débat, notamment entre le Gouvernement, appuyé par le groupe Calédonie Ensemble, et le groupe Les Républicains calédoniens dans le cadre de la discussion générale. Il a été adopté avec les voix des groupes Calédonie Ensemble, UNI, UC, FLNKS et Nationalistes et celle du président Gaël YANNO. Le groupe Les Républicains, Rassemblement-MPC s’est abstenu.
  • La délibération relative à l’ouverture, à la clôture et à l’ajustement d’autorisations de programme et d’engagement et à l’approbation de la situation des dotations pluriannuelles au budget supplémentaire 2018 du budget principal propre de la Nouvelle-Calédonie a été adoptée.

BS 2018 DE LA NC  (en milliard de francs Pacifique)

FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT
BS DE REVERSEMENT

7,5

BS DE REPARTITION

3,5

BS PROPRE

4,7

1

 

Le fléchage des dépenses de la Nouvelle-Calédonie pour la fin de l’année

Les 3,3 milliards de francs disponibles sont répartis comme suit :

  • 1,4 milliard de francs (près de la moitié du total) est consacré à la réduction de l’emprunt, faisant glisser le taux d’endettement du pays sous la barre des 90 % du montant des recettes du budget de fonctionnement, le seuil d’alerte de l’Agence française de développement.
  • 1 milliard de francs est affecté à l’équipement (travaux d’infrastructures et de sécurité des voies de transport, travaux dans les lycées, opérations patrimoniales, etc.)

 

Le débat : deux visions sur la conjoncture économique locale s’opposent

S’appuyant sur les chiffres publiés par  l’ISEE, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a fait valoir, par la voix de Philippe GERMAIN, son président, et de Nicolas METZDORF, son membre notamment en charge du budget et du porte-parolat, que « ce  budget supplémentaire est responsable, l’année 2017 a offert des perspectives encourageantes à l’économie calédonienne : déficit commercial en diminution, inflation contenue, croissance des crédits à l’investissement, hausse de la fréquentation touristique… « 2018 s’affirme comme l’année de la relance ».

A contrario, les Républicains calédoniens, par la voix notamment de Grégoire BERNUT, s’appuie sur l’analyse de l’IEOM publiée la veille pour dénoncer la politique économique de ces dernières années : « baisse de la confiance des entrepreneurs, du niveau d’activité et de création d’emploi, activité touristique morose, prix à la hausse… La note de l’IEOM publiée hier vient en contradiction totale avec le rapport du gouvernement qui nous ment. Ce budget, qui est pour moitié consacré à la baisse de la dette, n’est pas un budget de relance ! La Nouvelle-Calédonie est en récession ! »

Retour aux actualités