Débat d’orientations budgétaires pour 2019-2021

Le D.O.B. était à l’ordre du jour de la séance publique du 26 novembre 2018. Le débat a été acté à la majorité, avec les voix de Calédonie Ensemble, de l’Union Calédonienne, FLNKS et Nationalistes et l’Union Nationale pour l’Indépendance. Les groupes Les Républicains calédoniens et Les Républicains-Le Rassemblement-MPC ont voté contre les orientations budgétaires du gouvernement annoncées pour les années à venir.

3 % de croissance l’an prochain annonce le Gouvernement

Aux côtés de Philippe GERMAIN, président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Nicolas METZDORF, porte-parole du Gouvernement et membre notamment en charge du budget a présenté le document de synthèse des orientations budgétaires pour la période 2019-2021.

Nicolas METZDORF (Calédonie Ensemble) : « Le contexte économique affiche des signes encourageants qui autorisent des perspectives de reprise de croissance, jusqu’à +3 % en 2019. A noter que le budget propre 2019 sera équilibré sans recettes exceptionnelles pour la première fois depuis 3 ans, c’est-à-dire sans ponctionner les recettes de l’OPT ni celles du Port Autonome comme ce fut le cas depuis 2016. Le budget de répartition sera en hausse de + 4,3 %. La reprise du niveau des recettes fiscales et le maintien des efforts dans le budget de fonctionnement le permettront. Le maintien du niveau des dépenses d’investissement à 9 milliards de francs peut être assuré. »

DOB 2019-2021 : Prenez connaissance de la présentation du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

La sincérité des chiffres contestée

Dans la discussion générale, les groupes Les Républicains calédoniens et Les Républicains-Le Rassemblement-MPC se sont fortement interrogés sur la sincérité de ce débat d’orientation budgétaire et sur la réalité des chiffres annoncés.

Philippe BLAISE (Républicains Calédoniens) : « + 2 à 3% pour 2019, parlons-nous du budget de la Nouvelle-Calédonie, vraiment, c’est étonnant ! Les choses présentées ici ne correspondent pas à la réalité économique du pays. Si les hypothèses présentées par le Gouvernement ne se vérifient pas, nous débattons sur des chiffres faux. Le doute sur la réalité de la hausse des recettes fiscales est très fort. Quant à la recette de 800 millions de francs inscrite au budget primitif 2019 rapportée par la vente de terrains de la collectivité, il ne s’agit pas de recettes fermes, les ventes n’étant pas actées. Nous ne pouvons pas inscrire de recettes fictives. Le Gouvernement maquille la réalité. »

Sonia BACKES (Républicains Calédoniens) « propose de soumettre ces orientations à l’avis de la Chambre Territoriale des Comptes pour vérifier la sincérité des chiffres avancés par le Gouvernement ».

Thierry SANTA (Les Républicains-Le Rassemblement-MPC) « partage le même ressenti [que les Républicains Calédoniens]. Avec un impôt sur les sociétés en baisse, avec les chiffres de l’emploi en baisse dans le privé et avec un emprunt porté à + 4, 5 milliards de francs, soit une augmentation de la dette de + 2 milliards inscrite au budget primitif 2019 à venir et le risque de dépasser le plafond de 90 % du taux d’endettement fixé par l’Agence Française de Développement (AFD)… comment voir des signes positifs de relance ? »

« Le pays s’en sort bien »

Le Gouvernement se défend de cette « vision catastrophiste ».

Philippe GERMAIN (Calédonie Ensemble) rappelle que « compte tenu de la conjoncture, la Nouvelle-Calédonie s’en sort bien. Avec la fin des grands chantiers et une crise du nickel sans précédent, l’économie calédonienne a bien résisté. Nous ne disons pas que c’est l’euphorie mais les perspectives sont encourageantes. La situation n’est pas catastrophique face aux importantes difficultés économiques que nous avons rencontrées. »

Nicolas METZDORF (CE) précise que « le taux de la dette n’augmentera pas puisque les recettes fiscales augmenteront. »

Philippe MICHEL (CE) complète :« La mise en cause de la sincérité des chiffres est le fruit d’un débat purement électoraliste. Le tourisme se développe, devenant le deuxième levier de la croissance après le nickel. Et, c’est une première, le budget primitif 2019 affichera une suppression de 26 postes budgétaires dans les services budgétaires de la Nouvelle-Calédonie. »

Les deux groupes indépendantistes ont pris acte des orientations du Gouvernement en proposant d’aller un peu plus loin sur certains points lors de l’adoption du budget primitif 2019 dans quelques semaines, en termes de protection de l’environnement face au développement du tourisme par exemple, ou encore en matière de rééquilibrage des taxes pour inverser le poids respectif de la fiscalité directe et indirecte. Avec un cap principal, celui de combattre la fracture sociale et lutter contre les inégalités.

 

 

Retour aux actualités