Compte rendu du grand débat national au congrès

Le grand débat national organisé sur la thématique « Démocratie et citoyenneté », le mercredi 13 mars 2019, au congrès de la Nouvelle-Calédonie sous la coprésidence de monsieur Gaël Yanno, président du congrès, et de Mme Elenore Carlen, vice-présidente du congrès des jeunes de la Nouvelle-Calédonie a réuni 37 participants, de 16 à 25 ans. Les deux heures de discussion ont été animées par Maxime Lebraz, responsable d’une plateforme de diffusion web locale.

Quatre questions ont été successivement abordées. Quelques minutes de présentation succincte, notamment pour rappeler le cadre national puis le cadre local du sujet, ont précédé 25 à 30 minutes d’échanges sur chacune des questions. Des cartes idées/défis/solutions ont été mises à la disposition des participants afin qu’ils puissent également formuler leurs propositions par écrit. 13 contributions ont été recueillies et intégrées à la synthèse.

Sur la question 1 : Faut-il rendre le vote obligatoire ?

La majorité des participants s’est exprimée en faveur du vote obligatoire et de sa sanction en cas de non-respect. Les causes de l’absentéisme ont longuement été évoquées. La réflexion a notamment porté sur la nécessaire adaptation de la sanction de l’absentéisme. Des solutions ont été proposées pour réconcilier la population avec le vote.

Sur la question 2 : Faut-il reconnaître le vote blanc ou nul ?

La majorité des participants s’est exprimée en faveur de la reconnaissance du vote blanc ou nul et de sa prise en compte dans la détermination des suffrages exprimés. La réflexion a porté sur la remise en question éventuelle de la légitimité du résultat des élections en fonction du poids des votes blancs ou nuls dans les rendez-vous électoraux.

Sur la question 3 : Faut-il rendre notre démocratie plus participative ?

Les participants se sont exprimés en faveur d’une démocratie plus participative. De nombreuses propositions ont été émises pour assurer la représentativité des citoyens tout au long des mandats : pétitions, possibilité de révocation, référendum d’initiative populaire (RIP) pendant 1 an d’essai, élection à mi-mandat… L’assouplissement des conditions requises pour se présenter à une élection ou pour obtenir le droit de vote a également été mentionné.

Sur la question 4 : Faut-il moins d’élus ?

Les participants ont émis un avis partagé sur la réduction du nombre d’élus. Si la comparaison avec le fonctionnement institutionnel de pays étrangers autorise d’envisager la réduction du nombre d’élus en France, le nombre d’élus calédoniens actuels à l’avantage d’assurer la représentativité des 3 provinces et de leurs populations. Des souhaits ont été exprimés, notamment celui d’assurer une meilleure visibilité du travail des élus.

Une synthèse rendue publique et partagée

Au 18 mars 2019, la synthèse ci-jointe a été :

  • publiée sur la plateforme numérique du Grand Débat national,
  • envoyée au coordinateur du Grand débat national en Nouvelle-Calédonie auprès du Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie,
  • publiée sur le site internet du congrès de la Nouvelle-Calédonie congres.nc.

190318 - CR du Grand débat de la jeunesse calédonienne

 

Retour aux actualités