fbpx
chargement

Organisation de la 2ème consultation référendaire : prolongation des inscriptions dans les bureaux délocalisés sur Nouméa pour les résidents des îles



Convoqué en séance publique le vendredi 21 août 2020, le congrès de la Nouvelle-Calédonie a longuement débattu pour rendre son avis sur le “projet de décret de l’État modifiant le décret n° 2018-424 du 30 mai 2018 et ouvrant les périodes complémentaires pour les électeurs des communes insulaires de la Nouvelle-Calédonie pour demander à voter ou à ne plus voter à Nouméa lors de la deuxième consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté”.

Suite à la modification de la date de la consultation d’autodétermination, reportée pour cause de crise sanitaire de début septembre à début octobre 2020, le décret modificatif de convocation des électeurs propose aujourd’hui de prolonger d’une semaine, soit jusqu’au 5 septembre, la possibilité pour les résidents des communes insulaires à la Grande Terre (Bélep, îles Loyauté et île des Pins) de s’inscrire dans leurs bureaux de vote délocalisés à Nouméa.

1 semaine de plus ou 2 ?

L’avis du congrès sur le décret modificatif rendu en séance publique reflète celui de la majorité de l’assemblée composée des 2 groupes indépendantistes, dont l’Éveil Océanien et demande à prolonger ce droit d’inscription de 2 semaines, soit une semaine de plus que la prolongation proposée par l’État.

Le groupe Avenir en confiance s’est opposé à ce décret modificatif, expliquant que les règles relatives à l’organisation de la consultation avaient été longuement débattues en comité des signataires en octobre 2019 pour aboutir à un consensus, consensus mis à mal à chacune des modifications intervenues depuis.

Déplorant le manque de consensus sur l’ensemble des points qui concernent l’organisation de cette deuxième consultation en cette année 2020, Calédonie Ensemble s’est abstenu de voter cet avis.

Des horaires élargis ?

Par la voix du secrétaire général du Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, l’État a rappelé que les conditions techniques et matérielles exigent un délai de 6 semaines pour une inscription dûment enregistrée et contrôlée par les services de l’État et des communes concernées. Aussi, pour optimiser les nouvelles inscriptions dans les bureaux délocalisés cette année à la Rivière-Salée, élargir les plages horaires des bureaux qui recevront ces nouvelles demandes semble plus réaliste qu’une prolongation de deux semaines au lieu d’une seule.

Alors, un semaine de plus ou deux avec des horaires élargis ? Réponse la semaine prochaine, la promulgation du décret étant annoncée par Paris pour  le vendredi 28 août prochain.

Un bulletin unique à cocher ?

Le groupe Avenir en confiance, appuyé par Générations NC, a profité de ce projet de modification du décret de convocation des électeurs pour proposer une autre modification qui fera l’objet d’un courrier adressé directement à l’État. Quitte à améliorer la tenue du vote jusqu’au bout, l’idée est de sécuriser les votes en assurant l’expression du choix personnel de chaque électeur. Ainsi, les bulletins de vote pourraient être uniques, avec une case à cocher suivant le choix exprimé, mais également directement placés dans chaque isoloir à l’abri des regards.

A savoir :
  • A ce jour, l’État comptabilise 1 900 inscriptions supplémentaires pour accéder aux bureaux de vote délocalisés, ce qui porte à 5 000 le nombre de résidents insulaires pouvant voter sur Nouméa pour le référendum.
  • Dix bureaux délocalisés seront installés à la Rivière-Salée pour cette 2eme consultation.





Nos dernières actualités
    Web TV S'abonner à la chaine


    • Commission permanente

      Le 4 mars à 9 h 00 min